menu du haut

accessoire motard

Qu’est ce qu’ un accessoire moto ?

 

Une pièce ou un élément qui n’est pas indispensable au fonctionnement du véhicule.

Cet élément est rajouté souvent pour embellir la moto, la protéger, voir la personnaliser, accentuer ou diminuer une caractéristique du 2 roues.

Il existe l’accessoire destiné à la moto elle-même et au pilote.

 

Aujourd’hui, les accessoires vestimentaires motards et accessoires  motos et sont commercialisés par les accessoiristes (magasin en dur), chez les concessionnaires et sur le Web.

Les accessoires motos existent depuis longtemps. Au début le choix des articles  était limité.

A cette époque, de grandes surfaces destinées à l’accessoire n’existent pas.

Les premiers garages vendent les premiers accessoires.

 

Sur les circuits, des pilotes ou coureurs en Moto-cross par exemple commencent à s’improviser marchands. Des tréteaux et des planches de bois forment les premiers stands où les articles sont posés. Sur les compétitions internationales les vendeurs et les acheteurs échangent les marchandises. Le peu de contrôle de l’époque favorise un marché de contrebande. Cela sera le début de destinées. Les vendeurs auront ensuite des patentes leur donnant le droit de vendre sur les circuits en toute l’égalité. Plusieurs de ses pilotes deviendront Concessionnaires de grandes marques grâce à l’opportunité d’un jour, d’une rencontre, d’individus qui partageaient les mêmes valeurs,  le même Amour et la Passion de la MOTO. Je rends Hommage à tous ces Hommes.

 

La demande se fait sentir. Leur développement s’opère à partir des années  1950. Je vais prendre pour exemple l’équipement du motard pour la route et pour le moto cross.

 

Pour piloter sur le macadam, le motard chaussait des chaussures de ville un peu montantes que l’on pourrait appeler aujourd’hui  des bottines ou des bottes grossières en cuir épais.

 

Le pantalon était en toile épaisse ou en jean et en cuir épais et lourd pour les plus fortunés.

 

Le blouson noir s’imposera rapidement. Il ne serra pas seulement l’apanage des «mauvais garçons ». Nous avons tous en tête le « perfecto ».

 

Il est taillé dans une épaisse peau de cuir et doté de renforts aux épaules et aux coudes et d’une fermeture éclair.

 

Les motards auront pour couvre-chefs des casques « Jet  » et des casques « Bol ». Les casques tenaient avec des lanières de peau pouvant  recouvrir  les oreilles ou pas. Les marques de casques « Davida » et « Cromwell »  raisonnent dans nos têtes. Les motards s’équiperont  tout d’abord de lunettes semblables aux pilotes d’avion de l’époque, je pense notamment à la marque : Aviator. Les célèbres usines Bollé et Climax (avec son célèbre modèle référence 513) assureront un grand confort et une importante protection aux yeux des pilotes.

Les enseignes de casques à la pointe des nouvelles technologies de l’époque innoveront et lanceront sur le marché les premiers casques intégraux. ARAI se lance en 1950, BELL et SCHUBERTH  en 1954, SHOEI en 1959. LAZER en 1955 sortira ses premiers casques thermoplastiques. AGV en 1955, avec son premier jet casquera de grands champions tels que : Carlo Bandirola  pilote sur MV AGUSTA, Giuseppe Colmago et Umberto Masetti sur Gilera.  En 1967 Giacomo Agostini et Alberto Pagani pilotes italiens victorieux coifferont les premiers intégraux de la Marque.

 

En France, dans les années sixties,  la célèbre enseigne GPA sera porteuse d’innovation avec l’aide du pilote automobile Michel Finquel en réalisant des casques intégraux  issus de la haute technologie de casques destinés à la conduite de voitures de circuit de course style F1 assurant aux pilotes et aux motards la plus grande sécurité.

 

 

Les pilotes de circuit étaient revêtus d’ensemble de peau ou de combinaisons de cuir noires. Les bottes s’affinent au fur et à mesure pour améliorer la conduite et faciliter le pilotage. Les bottes sont réalisées dans un souci de confort mais aussi de sécurité absolue. Des renforts sont positionnés pour protéger  les os de la cheville et de la jambe inférieure.

 

 

Pour les pilotes tout terrain, les cross men par exemple chaussaient des bottes en cuir très épais, des pantalons de cuir bardés au niveau des hanches de rajouts de pièces de peau. Sous un polo, de grosses et larges épaulettes épousaient et protégeaient clavicules et omoplates. L’on retrouve le casque bol. La poussière est quelque peu repoussée par un carré de tissu appliqué sur la bouche et le nez. Les yeux sont parés par des lunettes semblables à celles que l’on retrouve pour les adeptes des sports alpins.

 

 

De 1960 à 1970, c’est  une véritable  explosion et révolution qui s’amorce.

 

Les frères Segura à Nîmes en 1967 créaient les blousons, pantalons et combinaisons en cuir de vache, de veau mais également en cuir d’agneau à l’effigie indestructible et majestueuse  de la Panthère noire.  Nombreux pilotes et  particuliers se déplaçaient à l’usine même pour choisir leur modèle, la couleur et la peau de leur cuir. Leurs vêtements de cuir pouvaient être faits sur mesure. Les Frères Segura équipent les motards et déjà les motardes. Ils dessinent des blousons conçus spécialement pour le Femme. J’ai en tête un magnifique blouson en agneau couleur « blanc crème » avec une fermeture éclair sur le côté super sympa !

 

En 1972, c’est NOLAN qui se fait connaître. Les casques de cette marque conviennent bien aux petits visages grâce aux mousses intérieures aux niveaux des joues qui stabilisent parfaitement le couvre chef sur la tête. Le casque N31 aura ma préférence.

 

La marque de casque NAVA à partir de 1975 connaîtra ses heures de gloire. Le confort de ses casques séduira une majorité de motards. Le NAVA 2 ET le NAVA 3 restent gravés dans ma mémoire.

 

En 1980, GPA avec le SJ dépassera les NOLAN et NAVA. Cet engouement pour les casques sans jugulaire durera 2 ou 3 ans.

 

article écrit par Monique Pascual

+33 (0) 762635195